La construction d’un poulailler à l’échelle industrielle

- Catégories : Elevage avicole

          

L'expression poulailler industriel définit plusieurs élevages :

l’élevage à production intensive,

la filière traditionnelle,

l’élevage bio

l’élevage de plein air

 

Chaque type de structure propose des produits (œufs, poules, poulets) de qualité différente.

Quel que soit le type de ferme ou de poulailler, il est nécessaire de respecter une législation bien précise. Rappelons également que pour qu’il puisse être reconnu en tant que poulailler professionnel, votre poulailler se doit de compter au moins 50 poules, âgées de plus de cinq semaines.

Pour faire de l'élevage industriel, il est nécessaire de disposer d’un bâtiment plus ou moins conséquent pour abriter poules et poulets. La taille du bâtiment va dépendre du nombre d’animaux à élever, sachant que la superficie doit être respecter en fonction de l’élevage retenu :

 - 6 à 8 volailles par m² si il s’agit d’un élevage de poules ou poulets bio

11 volailles au m² si il s’agit d’un élevage de poules ou poulets label rouge.

Ce type d'élevage n'a vraiment rien à voir avec le poulailler familial et nécessite donc un équipement professionnel avicole de qualité. Pour construire un poulailler, plusieurs critères sont à prendre en compte.

 

Première étape pour votre poulailler : le choix du type de bâtiment

Dans un premier temps, il faut faire le choix du bâtiment, en effet, il s’agit de l’abri pour vos animaux c’est donc l’élément principal. Cela peut être un bâtiment fixe ou bien mobile, avec ou sans enclos en plein air.

Le gros avantage d’un poulailler professionnel mobile est que vous pouvez changer d’emplacement à votre guise.

 

Seconde étape pour votre poulailler : l’emplacement du bâtiment

Seconde étape, l’emplacement du bâtiment, il est préférable que votre poulailler soit à proximité d’une route praticable pour tout type de véhicule. Cela permet de faciliter la livraison d’aliments et autres consommables, par exemple la litière. Faciliter l’accès à votre poulailler permet aussi d’aider au départ de la production et des déchets (fientes, fumier…). Autre point essentiel, il faut que le poulailler soit de préférence à l’ombre, qu’il soit au sec et à l’abri des vents selon le type de ventilation afin d’optimiser le confort des poules mais aussi éviter des déconvenue naturelles (inondations, casse, augmentation des températures au-delà du seuil tolérable pour les animaux).

La présence de vents trop violents ou au contraire l’absence de vent sur le site d’implantation peut induire un refroidissement ou un réchauffement non maîtrisé du bâtiment d’élevage et ainsi générer des surconsommations d’énergie. Il s’agit d’implanter le bâtiment dans un environnement topographique qui permette de limiter ses besoins en énergie tout en assurant un fonctionnement optimal. Dans le cas d’un bâtiment avec parcours, on veillera à la facilité d’accès au parcours par les animaux ainsi qu’à la bonne exposition de ce parcours (orientation plutôt au sud).

Les volailles sont homéothermes et requièrent des températures ambiantes élevées durant la phase de démarrage (33 à 34°C en production de dinde). Avant d’être emplumées, elles sont très sensibles aux stress thermiques. La bonne isolation d’un poulailler doit rendre les conditions d’ambiance intérieure les plus indépendantes possibles des conditions climatiques extérieures, afin d’éviter tout stress thermique pour les volailles, tout en limitant les consommations d’énergie pour le chauffage ou le refroidissement.

L’isolation doit également être efficace en été en situation de coup de chaleur.

 

Et le sol du poulailler ?

La qualité du sol de votre poulailler est également à prendre en compte, il doit être bien drainé pour l’évacuation des eaux usées. Afin d’éviter les risques d’humidité, le sol doit être isolant.

Il faudra veiller également à ne pas implanter la construction à proximité d’un plan d’eau ou au-dessus d’une nappe phréatique. Ces deux cas de figure peuvent générer des remontées d’eau dans le bâtiment par le sol (phénomène de capillarité notamment) notamment en période de chauffe pour les bâtiments chauffés, mais aussi accélérer le vieillissement des matériaux (isolants, structure), voire affaiblir la structure du bâtiment.

 

Le type de volailles

Dans un élevage industriel, on retrouve deux types de volailles : les poules pondeuses ou les poulets de chair, voire les deux dans certains élevages.

On choisit les races de poules selon leurs caractéristiques. Elles doivent être destinées à l’élevage intensif.

Pour les poules pondeuses, elles doivent avoir des performances de ponte exceptionnelle : 310 œufs par an, soit 100 de plus que les meilleures races ou celles des petits poulaillers.

Pour les poulets de chair, la qualité principale est la croissance très rapide : ils peuvent atteindre 2 kg en 6 semaines.

 

Réglementation des poulaillers

Tout élevage de volailles est soumis à une réglementation.

Premièrement, l’éleveur doit déclarer son activité auprès de la DDETSPP pour être tenu informer sur les nouveautés réglementaires et être alerter en cas de crise sanitaire.

Ensuite, il faut établir une déclaration de mouvements auprès de la base de données avicole, c’est-à-dire déclarer toute mise ne place et sortie d’une bande de volaille sous un délai de 7 jours. Le but est de connaître les volailles effectivement présentes sur le département en cas de crise sanitaire.

De plus, il faut respecter les modalités de dépistage des salmonelles par la mise en place de prélèvements lorsque le nombre de volailles dépasse 250 animaux sur l’élevage.

Parce que les volailles conduisent à la production de denrées qui seront consommées par l’homme ou les animaux, il est nécessaire de respecter la réglementation sanitaire générale en assurant la traçabilité de l’élevage.

Dernier point essentiel, le respect du bien être animal, les éleveurs prennent toutes les mesures appropriées en vue de garantir le bien-être de leurs animaux et afin d’assurer que lesdits animaux ne subissent aucune douleur, souffrance ou dommage inutile.

 

Les équipements

L'aménagement du poulailler industriel demande des investissements très importants. Celui-ci devra être équipé de tout le matériel technologique ou non nécessaire au bon fonctionnement :

Abreuvoirs automatiques : livrées par extensions de 3 mètres entièrement pré-montées, les lignes sont complètes avec des abreuvoirs inox ou combinaison plastique inox, unidirectionnels ou super-multidirectionnels, avec des godets récupérateurs adaptés à la taille de vos volailles.

Mangeoires automatiques : sous forme de ligne complète, elles existent en différentes versions et options selon le type de volailles, grâce à la conception des mangeoires, il n’y a pas besoin de trémie de démarrage.

Perchoirs : obligatoire en élevage bio

Chauffage : soit des radiants gaz qui procurent aux volailles des zones de chauffe localisés en-dessous et autour du radiant ou bien des générateurs d’air chaud.

Ventilation : le but de gérer la température du bâtiment, cela passe par des trappes d’entrées d’air et également des turbines d’extractions et de brassage d’air.

Refroidissement : afin d’éviter les coups de chaleur et donc la perte de poules ou poulets, il faut veiller à refroidir le poulailler notamment grâce à la brumisation ou grâce aux cooling

Cages d'élevage ;

Couveuse ;

Plumeuse ;

Matériel d'abattage, etc...

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire