Comment refroidir un poulailler industriel ? Quelles solutions choisir ?

- Catégories : Elevage avicole

Pourquoi refroidir votre bâtiment avicole ?

A l'âge d'un jour, la température corporelle des poussins se situe entre 38 °C et 39 °C, lorsqu'ils ont été transportés dans de bonnes conditions. Progressivement, elle s'élève, puis se stabilise entre 40,5 et 41,5 °C, vers l'âge de 21 jours.

Des transferts caloriques vont nécessairement s'établir avec plus ou moins d'importance entre le corps des jeunes poussins et l'ambiance : par convection, par les mouvements de l'air, au travers des duvets, puis des plumes lorsque les animaux seront plus âgés ; la convection augmente avec la vitesse de l’air. Mais aussi par conduction, par contact de certaines parties du corps, les pattes et la poitrine, avec la litière ou le sol ; par rayonnement, des surfaces chaudes vers les surfaces froides et enfin par l’excrétion fécale.

Pour maintenir leur température corporelle, les oiseaux ne possèdent pas de glandes sudoripares, et leur seul mécanisme pour accroître leurs pertes de chaleur en situation chaude, est de vaporiser de l’eau au niveau des voies respiratoires. De jeunes poulettes exposées à 32 °C perdent ainsi 60 % de la chaleur totale par évaporation. Cette augmentation des pertes évaporatoires en périodes chaudes est associée à un accroissement du rythme respiratoire.

Une humidité relative élevée réduit les possibilités d’évaporation et accroît donc la sensation de stress thermique. Pour que les pertes par évaporation aient lieu, il faut que la consommation d’eau soit optimale.

Le maintien de cette température corporelle est nécessaire pour un fonctionnement optimal des organes vitaux de l’oiseau. La chaleur produite doit correspondre à celle perdue. Comme l’oiseau produit constamment de la chaleur, il faut que celle-ci « s’évacue » régulièrement, sinon la température corporelle s’élève.

Élevés dans leur zone de neutralité thermique, avec l’intégralité de leurs plumes, les animaux perdent environ 6 kCal par kg de poids vif et par heure. Ces pertes se font dans les proportions suivantes :

• 75 % par radiation, conduction et convection. En période chaude, il sera impératif de l'extraire au plus vite : c’est la principale fonction de la ventilation.

• 20 % par vaporisation de l'eau au travers des voies respiratoires ou de la peau.

• 5 % par les excréta.

Pour les poules pondeuses, il faut rajouter les pertes de chaleur par la production d’œufs.

Ces proportions et ces quantités sont susceptibles de varier avec l’animal (âge, poids, état d’engraissement, plumage, espèce), l’environnement de vie (l’ambiance et la densité d’élevage) et enfin l’alimentation.

Au-delà des points qui sont développés ci-après, le phénomène de coup de chaleur augmente les risques sanitaires au niveau de l'élevage. Le phénomène de coup de chaleur est dû à une élévation excessive de la température corporelle de l'animal aboutissant à une mortalité élevée et à des baisses de performances zootechniques.

Quand la température augmente, la volaille, qui n’a pas de glandes sudoripares, cherche d’abord à évacuer la chaleur de son corps en augmentant la surface d’échange avec l’air ambiant. C’est ce qu’on observe sous le signe des « ailes écartées ». Au bout d’un moment si la température augmente encore, la volaille augmente son rythme respiratoire, pour évacuer de la vapeur d’eau. Normalement ce rythme est d’environ 25 respirations par minute. A l’extrême, elle peut atteindre 200 respirations minute. Se créé alors un déséquilibre gazeux au niveau pulmonaire. Puis la température intérieure de la volaille monte, s’accumule un stress thermique et c’est la mort par hyperthermie.

Ces coups de chaleurs peuvent avoir des forts impacts sur les performances technico-économiques dans les élevages de volailles. Il est donc important d’avoir un système de refroidissement dans votre poulailler.

 

Quels systèmes de refroidissement ? Et comment fonctionnent ils ?

Plusieurs solutions s'offrent à vous pour le refroidissement élevage avicole.

 

Brumisation

Cette technique consiste à pulvériser l'eau en gouttelettes fines qui vont se vaporiser dans l'air. La surface d'échange air-eau est donc constituée par l'ensemble des gouttelettes et l'objectif est de vaporiser la totalité de l'eau pulvérisée, pour éviter de mouiller la litière. Le temps de vaporisation de l'eau dépend essentiellement du diamètre de la gouttelette et de la vitesse de l'air. Pratiquement, on conseille de ne pas dépasser des tailles de 25 microns pour avoir une bonne vaporisation. La taille de la gouttelette à la sortie de la buse de pulvérisation dépend surtout de la pression de l'eau, mais aussi du type de buse utilisée.

Grâce aux appareils à haute pression, qui permettent d'obtenir des tailles de gouttelettes d'eau beaucoup plus fines (moins de 10 microns), le temps de contact avec l’air nécessaire pour évaporer l’eau est donc réduit. Leur pression d’utilisation varie de 70 à 150 bars ce qui permet d’avoir des gouttelettes fines, limitant le risque de retomber sur la litière et les animaux.

Dans les bâtiments à ventilation dynamique, les rampes de pulvérisation doivent être situées au niveau des entrées d'air. Pour les bâtiments à ventilation transversale type “Colorado”, la rampe est donc située au niveau du volet d'entrée d'air avec les buses orientées dans le flux d'air entrant. Ceci afin de favoriser l'évaporation de l'eau. Dans un poulailler de poules pondeuses, avec entrée d'air par lanterneau et extraction bilatérale par turbine, on disposera une rampe centrale avec des buses orientées des deux côtés de la rampe dans le flux d'air entrant. En bâtiment en ventilation statique, préférer les systèmes de buses installées sur les brasseurs d'air intérieur.

 

Cooling

Le principe consiste à avoir une surface d'échange, le pad, dans lequel circule de l'eau et à travers lequel on fait passer l'air ; ce pad est généralement en cellulose imprégnée. Contrairement aux systèmes de pulvérisation, la surface d'échange est donc bien matérialisée et l'air sortant du pad est refroidi et ne contient pas d'eau sous forme liquide.

Ce système offre l'avantage d'être très performant au niveau des gains en température et d’être peu sensible à la qualité de l’eau à condition d’évacuer régulièrement l’eau chargée à la base du filtre.

Il s’agit d’un système simple mais qui exige des surfaces et un positionnement des entrées d’air adéquates. Pour être efficace, l'ensemble de l'air entrant doit passer par le pad, ce qui suppose des bâtiments étanches.

Les pads ont l’avantage d’être disponibles en différentes tailles, en fonction du volume d’air à refroidir.

 

Pourquoi choisir Technic Online pour votre matériel d’élevage porcin ?

Technic-Online travaille avec des marques reconnues pour leur savoir-faire et la qualité de leurs produits. Nous vous proposons des solutions adaptées à votre bâtiment avicole.

Vous trouverez des kits de brumisation 30 buses, 40 buses ou 60 buses. Nous pouvons également vous faire un devis pour un kit sur mesure selon votre élevage et le nombre d’animaux ; ainsi que la pompe individuelle.

Contactez-nous juste ici pour un devis sur mesure.

Nous vous proposons des kits pour cooling en plastique complet avec la pompe et les accessoires, à associer avec le kit de fermeture et les extensions de 3m pour concevoir votre pad cooling sur mesure.

Si vous souhaitez un cooling de qualité supérieure, nous avons ce qu’il faut : des cooling complet avec le cadre en inox. Ils sont disponibles en différentes dimensions.

Afin d’entretenir votre cooling, il est nécessaire de changer les panneaux alvéolaires. Nous vous en mettons à disposition de hauteur différente.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire